Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 18:11

 

Quelques portes-fenêtres et volets plus tard et aussi parce que je commençais de rêver de lasure la nuit, j'ai fait une pose mercredi alors que ce n'était pas vraiment indiqué (on part demain) mais parfois c'est salutaire et ma foi ça m'a remis d'aplomb même si le film était triste....

Il s'agit de quelques heures de printemps de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon, Hélène Vincent, Olivier Perrier et Emmanuelle Seigner. Un film émouvant,voire bouleversant qui dure presque deux heures mais on ne s'en aperçoit pas et on ne s'ennuie pas malgré les lourds silences qui sont autant de maux et de mots étouffés, de souffrance cachée.

Vincent Lindon y joue le rôle d'Alain la cinquantaine, qui vient de sortir de prison et n'a d'autre recours que d'aller retourner vivre chez sa mère. Cohabitation houleuse, rien ne va entre ces deux là, on sent une violence larvée, une tension sous-jacente perpétuelle entre ce fils rancunier et cette femme (Hélène Vincent)  rigide et obsessionnelle de la propreté.

Puis il tombe sur un contrat signé par sa mère avec une association suisse, et qui n'est rien d'autre qu'un contrat avec la mort mais une mort programmée et assistée car, et il l'apprend en même temps, elle souffre d'un mal incurable et se sait condamnée.

Bien sûr ce film plaide avant tout la cause d'avoir le droit de mourir dans la dignité. Il pose très justement le problème car il y a bien sûr à présent, l'autre alternative, les soins palliatifs, l'accompagnement de personnel qualifié et des médicaments qui enrayent la douleur mais jusqu'où ? Je reste persuadée que certaines maladies trop invalidantes, trop souffrantes méritent qu'on les stoppe net tant qu'on a encore le temps de le décider soi-même et ne pas laisser ses proches assister impuissants à une lente agonie.

Mais ceci n'est que la trame de fond, la vraie question c'est  à partir de quand ces deux êtres meurtris vont enfin pouvoir dépasser leurs blocages, leurs rancunes pour exprimer  leurs sentiments. Est ce que cet évènement douloureux et inexorable va leur permettre de se parler enfin avant qu'il ne soit trop tard.

Ils y parviendront enfin mais que de gâchis, de temps perdu. C'est malgré tout une histoire d'amour avec des rendez-vous ratés mais ils finiront par se rejoindre.

C'est un film fort, une histoire qui vous prend et vous poursuit, ses silences me poursuivaient encore le lendemain, en tout cas c'est une belle histoire pas morbide, n'hésitez pas.

Nous partons demain, vers l'inconnu beau pas beau ? meilleure santé état stationnaire ? Ainsi va la vie le tout c'est d'avancer à petits pas mais d'avancer.

Et n'oubliez pas de dire à vos enfants ou parents ou très proches que vous les aimez, c'est le message de ce film. A bientôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Capucyne 21/10/2012 09:40


Je voulais le voir celui-là, mais je travaille souvent (aussi) le soir, donc le cinéma ne me voit guère en ce moment!

Morgane 19/10/2012 12:51


Un petit signe amical mon amie ANILOU ! Profites au maximum de ce lieu où tu es. J' t'embrasseavec amitié. Anne.



Cathline 15/10/2012 21:08


un petit coucou en pensant   j'espère que tu vas bien bises cathline

antilles 10/10/2012 00:06


beau message, kiss

ORPHA08 06/10/2012 20:31


un petit coucou avant de m'installer devant la télé.


je suppose que vous êtes toujours sous les cieux plus cléments du sud. Ici c'est tout gris, il pleut depuis midi. Les lampes sont allumées avant 19 heures et peu après je ferme les volets. Que
c'est triste. Heureusement qu'il y a des musiques gaies pour réchauffer l'ambiance !!


bon week-end Anilou.

Présentation

  • : Le blog d'anilou
  • Le blog d'anilou
  • : Tout et rien.La vie avec ses joies et ses peines, le respect de la nature et d'autrui les voyages aussi.
  • Contact

Profil

  • ANILOU
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie

Recherche