Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 09:31

 

 

Vite, un petit article. Dire que c'est la première fois que je n'ai pas vu tous mes favs. En effet, je ne sais pas comment vous faites, moi je ne veux pas de copié collé (mais je peux parfaitement le comprendre) et j'ai pris du retard.Je m'y mets souvent le dimanche mais là il y avait réunion de famille autour de la tornade déguisée en fée clochette...

Demain, je n'irai pas voir mon amie cinéphile because cirque dans la ville à côté. Cette fois j'enmène non pas la tornade mais mes deux autres petits enfants 4 ans et 3 ans. Je les vois beaucoup moins car ils habitent bien plus loin. Mais là j'irai les chercher et on ira au cirque.Donc pas d'article, déjà qu'ils se réduisent pas mal...donc je m'y mets ce matin car j'ai envie de vous parler de ce film vu mercredi dernier et dont certaines scènes me poursuivent encore.

Et je sais parfaitement pourquoi. Mon fils est commercial, à responsabilités avec des objectifs de plus en plus pointus, un élargissement de secteur, des produits qui changent et se multiplient. Pour l'instant, il est reconnu dans son sérieux et progresse, l'équipe est soudée mais il a déjà changé deux fois de direction et il me parait de plus en plus stressé.

Donc, "De bon matin" réalisé par Jean-Marc Mautout  fait allusion à un réel fait-divers, qui avait fait parler de lui il y a quelques années.

L'histoire est simple, je peux vous la raconter puisque le film vous plonge immédiatement dedans. Un matin, un cadre quinca quitte tranquillement son domicile comme à son habitude pour se rendre à la banque, là où il travaille. Calmement, froidement, il abat alors deux de ses supérieurs puis s'isole dans son bureau pour se suicider.

Viennent alors de nombreux flashes-back retraçant sa vie familiale et professionnelle. Ayant réussi à force de travail et de sérieux à monter les échelons d'une part mais chose plus rare, ayant aussi réussi son couple,on peut le penser épanoui. 

Puis, ce que tout le monde sait, ce système financier apparemment si solide s'effrite de toutes parts. Alors commence la descente aux enfers. Arrivent de nouveaux chefaillons (voir le petit juge...) qui observent, jugent recadrent  disqualifient, culpabilisent pour finir par le mettre "au placard" et soi-disant le reconvertir.

Lui, qui s'investissait, se passionnait pour son travail le voit se réduire en peau de chagrin, il est nié dans ses compétences, oublié dans les réunions ignoré dans les prises de décision, pris dans l'engrenage d'un environnement hostile, sans scrupule ni morale.

Ce film nous fait comprendre toute cette souffrance latente puis insupportable qui permet de basculer dans la folie et de commettre l'irréparable.

On y trouve une interprétation magistrale de Jean-Pierre Darroussin. Son personnage est émouvant, fort il faudrait si peu de choses pour ne pas déraper, la confiance d'un collègue, un regard de son fils ado mais c'est déjà trop tard la machine s'est emballée.

J'en suis sortie étourdie et angoissée parce que cela existe et que le monde du travail est de plus en plus dur et exigeant.

Mais franchement il mérite le détour.

Je vous souhaite une bonne journée même si elle est morose (à part le Sud évidemment) et tâcherai de vous lire d'ici ce W.E.

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yveline 20/11/2011 16:37


oui le monde du travail devient dur pour nos enfants aussi


faut arriver prendre de la distance , peut être changer de branche professionnelle si on peut


bisous


yveline 

soda81 19/10/2011 08:40



Bonjour Anilou, voici quelques temps que moi non plus je n'étais pas passée, chacun fait en fonction de ses possibilités... et comme toi je n'aime pas les copiés/collés que je trouve sans
intérêt.


Je passais voir s'il y avait un info ciné, eh bien oui et je t'avoue ne pas avoir entendu parler de ce film mais je trouve Daroussin excellent acteur. L'histoire dont tu parles me renvoie
également à notre vie professionnelle de plus en plus exigeante et tous les jours nous nous disons qu'il faut être solide, la preuve...


Je t'embrasse



cadix 19/10/2011 00:01



Profite bien de tes petits ! Gros bisous et à bientôt. FRANCOISE



ORPHA08 18/10/2011 19:15



Pour moi c'est clair, je n'irai pas voir ce fim car il me démoraliserait encore plus. oui on nous en demande toujours plus, ça devient de plus en plus fréquent, dans n'importe quel type
d'entreprise. J'ai encore eu un gros coup de blues en fin de matinée en voyant la montagne de factures que j'ai encore à traiter d'ici demain soir pour terminer mes déclarations de tva.


alors mon remède, c'est le rock, du rock à gogo pour chasser mes pensées négatives et les remplacer par des sons de guitares et de batterie. D'ailleurs tout en écrivant, pour changer, lol,
j'écoute Status QUo.


Amuse toi bien au cirque avec tes petits. Bonne nuit Anilou.



primavera 17/10/2011 11:09






Bonjour Anilou,


Je t'ai lu un peu rapidement en diagonale, jen excuse, mais comme toi je n'aime pas faire de copié-collé, je considère que chaque ami ou amie mérite un com personnalisé et ça prend du temps...
c'était le motif d'une de mes petites pauses dernièrement....


Bien que lu en diagonale ton écrit met en évidence la difficulé d'être cadre aujourd'hui, bien que je suis maintenant éloignée du monde du travail en raison de mon âge, il me semble que c'est la
méthode japonaise qui s'applique de plus en plus dans certaines grandes socièté, ce qui explique le mal vivre de beaucoup de nos cadres... à moins d'être un cadre dirigigeant, un des grands
manitous au sommet de ces sociétés.


Très belle journée à toi.


Bisous


Prima



Présentation

  • : Le blog d'anilou
  • Le blog d'anilou
  • : Tout et rien.La vie avec ses joies et ses peines, le respect de la nature et d'autrui les voyages aussi.
  • Contact

Profil

  • ANILOU
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie

Recherche