Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 14:27

Donc pour finir mon article sur , cette fois, le film « la rafle », ajoutons quelques rectifications rappelées par le C.E.R.C.I.L. concernant le camp de Beaune-la-Rolande.

Les enfants : il faut savoir que les Allemands ne songeaient pas encore en juillet 1942 à arrêter les enfants juifs. Mais la police de Vichy fait du zèle et en rafle plusieurs milliers. Et c’est Pierre Laval qui propose de déporter également les enfants avec leurs mères.  Mais pour cela, il faut d’abord obtenir l’accord de Berlin qui n’arrive pas.... En attendant cet accord, on interne donc ces familles dans les camps du Loiret. Et fin juillet 1942, les adultes vont être déportés conformément au programme de déportation et  aux accords signés entre les autorités allemandes et françaises. C’est à ce moment là que les enfants seront séparés de leurs mères et livrés à eux-mêmes dans un désespoir et un dénuement absolus.Puis  ils seront déportés fin août 1942, via Drancy à Auschwitz-Birkenau et seront tous gazés dès leur arrivée. Aucun ne survivra. Quelques uns, très peu ont évité la déportation tel Joseph Weissmann dont le film retrace l’histoire ou Annette Muller que son père a réussi à extirper de Drancy. Elle a d’ailleurs écrit un livre « la petite fille du Vel d’Hiv » Edition du CERCIL où elle raconte son arrestation à 9 ans, son transfert au camp, la déportation de sa mère et sa vie et celle des  autres enfants une fois seule au camp... Le récit de la séparation mères-enfants est terrible.

« Tout le monde s’est  rassemblé au milieu du camp. Les enfants s’accrochaient aux mères, les tiraient par leurs robes. A coups de crosse, de matraque, de jets d’eau glacée, on a voulu nous séparer. C’était une bousculade sauvage, des cris, des pleurs, des hurlements de douleur. Les gendarmes arrachaient les vêtements des femmes, cherchant encore des bijoux ou de l’argent. Puis, soudain un grand silence. D’un côté des centaines d’enfants, de l’autre les mères et les plus grands »...

Le film retrace avec fidélité la violence inouie de cette séparation mère-enfants. Mais il montre une intervention allemande alors « qu’ils ne sont pas entrés à ce moment là dans le camp » rappele Hélène Mouchard Zay présidente du CERCIL. « Celle-ci a été effectuée par les gendarmes français qui gardaient le camp de Beaune-la-Rolande, géré par la préfecture d’Orléans »

Elle ajoute « c’est une inexactitude qui n’est pas mince, car elle met en cause le rôle réel des uns et des autres, alors que la complicité et la responsabilité de Vichy étaient écrasantes »

Les habitants : le camp de Beaune-la-Rolande a  été reconstitué en Hongrie pour les scènes du film. (Ici, il ne reste plus rien). Là encore Hélène Mouchard-Zay rectifie « le film montre le camp au milieu d’une forêt alors qu’il était pratiquement dans le village » et cela change tout. « Il y avait des habitants autour. Et la question de la population locale est passée sous silence » Dommage !!

Nathalie Grenon directrice du CERCIL  confirme que beaucoup d’habitants aux alentours ont été traumatisés par ce camp. Elle raconte un témoignage d’une femme qui lui a raconté sans vouloir être citée « qu’elle entendait encore, des années après, les mères et les enfants hurler lorsqu’ils ont été séparés. »

J’ajoute que j’ai fait cet article en me référant à celui de  Jacques Chavanes paru dans la République du Centre le 10 mars  et qui m’a éclaircie sur plusieurs points .

Donc sans polémiquer, car ce film est très important, pour la mémoire de nos jeunes, il est juste utile de se rappeler ces mises au point.

Je vous souhaite une bonne fin de journée et essaierai de venir vous lire à mon tour.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

monique 16/03/2010 20:58


finalement je suis allée voir ce film, j'hésitais, ayant lu des critiques pas très favorables. mais hier soir il y avait deux personnes du Cercil, la directrice et une historienne et le débat fut
intéressant ; je voulais faire un article sur ce film et je mettrai le tien en lien si tu le veux bien car tu as dit ce que je voulais dire. Dommage que le camp de Beaune ait été reconstitué en
pleine forêt alors qu'il était à 300 m de la ville. Dommage aussi que le rôle de la population ait été occulté, une amie me racontait que des gens de Coudray portaient des vivres jusqu'à Beaune. Ce
qui est terrible, c'est que j'ai pensé à certains faits actuels, le rôle du préfet et des gendarmes dans l'arrestation de Najlae par exemple... je vais m'inscrire à ta news


bluesy 15/03/2010 10:43


j'hésite à aller voir ce film mais ce soir, à Pithiviers, il y aura la participation du Cercil...il y a eu "les guichets du louvre" qui est passé inaperçu; non ? il y a quelques années, je faisais
lire aux enfants "les enfants aussi" des soaurs Lefevre et Korb. Il est important que les enfants sachent ... mais comment réagirions-nous aujourd'hui dans un monde où la délation serait reine ? il
faudrait que ce film ne soit pas seulement un film d'histoire mais une leçon pour régir face aux problèmes actuels


ANILOU 16/03/2010 11:47



C'est étonnant, mes commentaires ont disparu. J'avais parcouru et découvert ton blog avec plaisir et je comptais y retourner mais n'avais pas pris la précaution de le mettre dans les favs. Je te
réponds donc de cette façon. Nous sommes "collègues" à la retraite ...Moi j'enseignais en SEGPA dans les collèges dûr mais  passionnant. Moi, c'est le livre et le film "le journal
d'Anne Franck" que j'étudiais avec eux pour que jamais on n'oublie.. Quant au film "guichets du Louvre" cela me rappele qu'on était en pleins travaux de restauration d'une vieille ferme et qu'on
n'avait ni le temps ni l'argent pour aller au cinéma...Je me suis rattrapée depuis. Comment réagirait-on aujourd'hui ? Je crois que le monde n'a pas changé, il y a ceux qui dénoncent, ceux qui
cachent ou aident ceux qui compatissent en silence. En vieillissant, je suis devenue un peu moins naive tout le monde n'est pas beau ni gentil. Au fait, pourquoi hésites tu à voir ce film ?
Surtout réponds à mon com pour que je puisse retrouver ton blog en cliquant sur ton pseudo. Au plaisir de te lire, je te souhaite une belle journée 



Tiloup33 12/03/2010 23:50


Le pire, c'est qu'avec le même état d'esprit, certains de la même corporation arrêtent un gamine et la menottent au saut du lit, et avec le même zèle renvoient une jeune femme qui vient de se faire
tabasser dans un pays qu'elle a fuit.
C'est les ordres, c'est la procédure. Je rappelle que pour la gamine arrêtée, l'affaire a été classée sans suite par le procureur. Je frémis à l'idée de ce qui aurait pu se passer si elle avait
vraiment tabassé sa copine...


jasonlouisxi 11/03/2010 23:25


La France a toujours été le pays du meilleur (les droits et les devoirs du citoyen) comme du pire (la Saint Barthélémy et le Vel d'hiv entre autres)
J'ai habité 15 ans à Drancy et tous les jours pendant 6 ans (de 1954 à 1960) j'ai traversé l'ancien camp de concentration qui avait été reconverti en HLM, pour me rendre à l'école. Gamins,
nous n'avions pas conscience de tout ce qui c'était passé là.
Tu viens de me donner l'idée de mon prochain article. J'espère réussir à retrouver des photos d'époque.
Bonne soirée    JL


orpha08 11/03/2010 22:38


Bonsoir Anilou, comme ils sont graves et sérieux tes deux derniers articles comparés aux miens qui paraissent superflus et bien légers en comparaison ... La petite fille rescapées, il me faut avoir
vu un film (probablement un téléfilm) tiré de son histoire, il y a bien lontemps. J'ai le souvenir de gens entassés sur les gradins, attendant les décisions de leurs geôliers, et un papa qui trouve
une astuce pour sauver sa fille.... mais je ne me souviens que de ça.
Pour alléger l'atmosphère, moi aussi j'aime bien M, c'est mon fils qui me l'a fait découvrir du temps de "Machistador". D'ailleurs il va à Strasbourg ce WE pour le voir en concert. Mais on est un
peu déçus par l'album qui vient de sortir, un peu tristounet par rapport aux précédents.
Tu m'as fait envie avec ta tarte flambée, j'en ai acheté une hier. C'est moins bon qu'une vraie, une maison mais comme je ne sais pas les faire...
Ta petite tornade est encore en vacances chez toi ?
Bon vendredi.


Présentation

  • : Le blog d'anilou
  • Le blog d'anilou
  • : Tout et rien.La vie avec ses joies et ses peines, le respect de la nature et d'autrui les voyages aussi.
  • Contact

Profil

  • ANILOU
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie

Recherche