Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 19:32

Voici, un texte envoyé par W.W.W. sur un sujet que j'ignorais totalement et que je vous diffuse à tout hasard. Je ne sais si, les liens fonctionneront, mais vous pourrez aisément en savoir plus avec l'adresse. Les journées sont courtes car j'ai à nouveau ma petite tornade. Je vous souhaite une excellente soirée.




NON A L'OR ILLEGAL

Alerte à la Saint Valentin 2010

Suivez toute la campagne sur www.nonalorillegal.fr

Orpaillage illegal

Que savez-vous de l'or que vous portez ?

Rien ? C'est normal. En 2010, aucune filière internationale d'or n'est traçable, c'est-à-dire que le consommateur n'a aucune idée de la façon dont l'or a été extrait, transformé et acheminé jusqu'à la vitrine.

En Guyane, ce manque de traçabilité permet à l'or extrait illégalement d'intégrer, la filière légale. Il est alors blanchi. Ainsi, entre 2000 et 2008, plus de 22 tonnes d'or à l'origine douteuse ont été exportées de Guyane.

>> Retrouvez notre reportage "De la vitrine à la mine, enquête sur l'or illégal en Guyane".

L'orpaillage illégal est un véritable fléau environnemental.
Pour accéder à l'or, les orpailleurs illégaux défrichent des pans entiers de forêt et détournent les cours d'eau, provoquant la destruction de la biodiversité.

De plus, les espèces menacées sont les victimes quotidiennes des chasses menées par les orpailleurs illégaux pour se nourrir et se protéger.

En aval des chantiers clandestins, les rivières deviennent de véritables torrents de boues. L'eau tellement opaque empêche la photosynthèse des algues indispensables à la vie fluviale.

L'orpaillage illégal condamne également les humains.
L'utilisation quotidienne du mercure (interdit en Guyane depuis 2006) par les orpailleurs illégaux pour faciliter la récupération des paillettes d'or entraîne une forte pollution des rivières. De plus, par leur activité anarchique, les orpailleurs illégaux provoquent la mise en circulation dans les cours d'eau du mercure naturellement très présent dans les sols amazoniens.

Ce métal toxique s'accumule dans la chair des poissons et contamine toute la chaîne alimentaire jusqu'à l'Homme. Les populations amérindiennes souffrent d'empoisonnement. Des études réalisées sur les cheveux des enfants ont fait apparaître des taux de mercure 2 fois supérieurs à la norme fixée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

De plus, les villages clandestins qui s'établissent en pleine forêt sont le berceau de trafics d'armes et de stupéfiants, de réseaux de prostitution...

Parce que c'est la demande qui crée l'offre, exigez de l'or tracé dans votre bijouterie!

Pour mettre un terme au trafic d'or illégal en Guyane :
Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:11


Mais oui, dimanche c'est la St Valentin, ce sont les restaurateurs et les fleuristes qui vont être contents.... N'empêche que cela n'empêche pas de faire un petit breack pour dire qu'on s'aime. Je sais, il y a le reste de l'année mais on court tellement....
Pour cette occasion, je veux partager un beau poème de Jacques Prévert qui me parle  toujours autant, dit par Arnaud Beunaiche, comédien de la Compagnie Emporte Voix. Je l'avais entendu une fois, récité par Jeanne Moreau : bouleversant, mais malheureusement, je ne l'ai jamais retrouvé. Si l'un d'entre vous est plus malin que moi je ne lui en voudrai pas, loin de là.
J'aurais bien voulu en composer un moi-même, mais je n'ai pas le talent de Korielle, alors je me contente de recopier celui qui parle toujours autant à mon coeur et je le partage avec vous.
En n'oubliant pas ceux qui sont seuls ce jour là, je pense aussi à eux...
Je vous souhaite d'ors et déjà un excellent W.E.

Cet amour

Si violent

Si fragile

Si tendre

Si désespéré

Cet amour

Beau comme le jour

Et mauvais comme le temps

Quand le temps est mauvais

Cet amour si vrai

Cet amour si beau

Si heureux

Si joyeux

Et si dérisoire

Tremblant de peur comme un enfant dans le noir

Et si sûr de lui

Comme un homme tranquille au milieu de la nuit

Cet amour qui faisait peur aux autres

Qui les faisait parler

Qui les faisait blêmir

Cet amour guetté

Parce que nous le guettions

Traqué blessé piétiné achevé nié oublié

Parce que nous l’avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié

Cet amour tout entier

Si vivant encore

Et tout ensoleillé

C’est le tien

C’est le mien

Celui qui a été

Cette chose toujours nouvelle

Et qui n’a pas changé

Aussi vrai qu’une plante

Aussi tremblante qu’un oiseau

Aussi chaude aussi vivant que l’été

Nous pouvons tous les deux

Aller et revenir

Nous pouvons oublier

Et puis nous rendormir

Nous réveiller souffrir vieillir

Nous endormir encore

Rêver à la mort,

Nous éveiller sourire et rire

Et rajeunir

Notre amour reste là

Têtu comme une bourrique

Vivant comme le désir

Cruel comme la mémoire

Bête comme les regrets

Tendre comme le souvenir

Froid comme le marbre

Beau comme le jour

Fragile comme un enfant

Il nous regarde en souriant

Et il nous parle sans rien dire

Et moi je l’écoute en tremblant

Et je crie

Je crie pour toi

Je crie pour moi

Je te supplie

Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s’aiment

Et qui se sont aimés

Oui je lui crie

Pour toi pour moi et pour tous les autres

Que je ne connais pas

Reste là

Lá où tu es

Lá où tu étais autrefois

Reste là

Ne bouge pas

Ne t’en va pas

Nous qui sommes aimés

Nous t’avons oublié

Toi ne nous oublie pas

Nous n’avions que toi sur la terre

Ne nous laisse pas devenir froids

Beaucoup plus loin toujours

Et n’importe où

Donne-nous signe de vie

Beaucoup plus tard au coin d’un bois

Dans la forêt de la mémoire

Surgis soudain

Tends-nous la main

Et sauve-nous.

J. Prévert.

 

Repost 0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 16:48

Après INVECTUS, j'ai à nouveau l'occasion de parler de MANDELA et cela me réjouit car je respecte beaucoup le parcours de cet homme. 
Il y a 20 ans,  Nelson Mandela était enfin libéré. En effet, le 2 février 1990, le dernier chef d'état de l'apartheid Frédérik de Klerk  décida de libérer les prisonniers politiques, ce qui permit à Nelson Mandela de retrouver la liberté, le 11 février 1990, après 27 ans de prison. Il reprit aussitôt la lutte contre le racisme. Cette libération donna lieu à une liesse et une ferveur sans précédent ,  accompagnées par des chants de libération car, elle représentait une ère nouvelle  de droits pour les Noirs  En revoyant cet homme droit et souriant, sorti de la geôle du racisme, ils sentaient que leur libération était toute proche et que c'en était fini du règne de la minorité blanche..
En effet, la libération de Mandela a provoqué définitivement la chute de l'apartheid et imposé la démocratie en Afrique du Sud, tout ceci pacifiquement, quand quatre ans après, il gagna les premières élections libres d'Afrique du Sud.
Que reste t-il de tant d'espoir et d'optimisme, 20 ans après ?
Le positif d'abord : les lois ségrégationnistes ont été abolies, la démocratie multiraciale confortée, et le pays profite d'une constitution des plus ouvertes.Depuis 1994, le parti de Mandela a remporté facilement chaque scrutin.L'ancienne opposition contre le régime blanc pratique la réconciliation et parvient même à rassurer les hommes d'affaire.,ce qui a favorisé une forte croissance, permettant à l'Afrique du Sud d'être un leader économique du continent et financer ainsi des aides sociales dont profitent actuellement 13 des 48 millions de Sud-Africains.
Le négatif car il y en a malheureusement ; les exclus de l'ancien régime ne sont guère plus favorisés aujourd'hui. La plupart d'entre eux, continuent à connaître le chomage et la misère et ce malgré une classe moyenne noire qui monte. Plus grâve encore, les différences ne  cessent d'augmenter.En effet, le revenu moyen pour les noirs a augmenté de 37 % environ depuis 1994 face à celui des blancs qui affiche près de 83,5%
 Tout ceci pour vous dire que ce soir un portrait lui est consacré à la télé  "Nelson Mandela au nom de la liberté" à 22 H 50 sur la 2. Je sais, c'est tard pour ceux qui travaillent mais j'espère que vous aurez un magnétoscope...
C'est intéressant  car en France il n'y a jamais eu de film sur Mandela. Par exemple, on ignore souvent que son parcours a été influencé par un autre qui prônait la désobéissance et la non-violence :  Gandhi.
C'est un documentaire chronologique, qui fait appel aux témoignages de ceux qui l'ont connu (habitant le même village) accompagné (tels ces détenus)  ou  combattu.(Frédérik de Klerk).  

Image:Nelson Mandela.jpg
Nelson Mandela
Ce qui m'inspire un profond respect chez cet homme c'est sa tolérance et son sens du pardon. Je ne sais pas si, dans les mêmes conditions de vie, nous en aurions été capables.
Quelque soit votre décision, je vous souhaite une agréable soirée.
Repost 0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 14:37
4299450932_30767b32de.jpg

Oui, bien sûr, pendant que je vous racontais la Polynésie, la vie continue et j'ai eu l'occasion de voir quelques films qui passent encore et dont j'ai envie de vous parler.
Le dernier "OCEANS" est justement une plongée au coeur des "océans". C'est un documentaire de Jacques Perrin (qui nous a habitués à de beaux films pris sur le vif  notamment  "le Peuple migrateur") et de Jacques Cluzaud
Océans nous fait rencontrer les beautés secrètes d'une faune encore sauvage.
Cela n'a pas été sans mal. Deux ans de préparation, quatre ans de tournage, 75 expéditions menées de l'Arctique à l'Antarctique et des centaines d'heures de plongée pour accéder à ce paradis marin.
"C'est quoi l'océan "? demande Lancelot le fils de Jacques Perrin, au début du film. La réponse se trouve dans un magnifique voyage dans le secret des cinq océans du globe, nous voguons de la Californie à la Polynésie, des îles Galapagos à l'Indonésie.
Nous découvrons tour à tour la splendeur d'un ballet de méduses ou la colonne d'argent d'un banc de poissons qui tourne indéfiniment.... des poissons qu'on croit sortir de la préhistoire, des baleines etc on ne s'en lasse pas....
Tout n'est pas paisible dans ce film même si on nous prévient qu'aucun animal n'a souffert pour les causes du film, on n'est pas dupe et on comprend très bien que les images dures sont extirpées de documentaires étant déjà vus et revus....


Invictus

 Invictus


Un autre film qui m'a interpellée.
Le film de Clint Eastwood qui retrace l'aventure de Mandela (magnifiquement interprété par Morgan Freeman) avant et pendant le Mondial 95 de rugby.
On comprend vite dès les premières images. Des petits blancs jouent au rugby sur une belle pelouse bien verte et de l'autre côté de la route,  sur un terrain vague jouent des petits noirs. L'Apartheid sévit dans cette Afrique du Sud des années 90. Et même dans le sport. Tout le film nous amène à comprendre le but visé par  Nelson Mandela : que son pays s'unisse autour d'une équipe et d'un sport "une équipe, une nation" ne cesse t-il de dire.
INVICTUS parle beaucoup de rugby bien sûr, mais c'est aussi une reconnaissance du leader sud-africain Mandela qui invoque la liberté et le pardon. emprisonné durant 27 ans; Il refuse d'imiter la haine des blancs pendant l'Apartheid et parie sur le sport pour unir les blancs et les noirs autour de l'équipe nationale de rugby : les Springboks, et ce malgré les résistances de toutes parts. Pari fou, car le rugby sud-africain est au plus bas avant cette Coupe du monde sur son sol d'autant plus qu'il est  affaibli par le boycott des autres pays.
Et c'est un remarquable exploit que vont réussir François Pienaar et ses équipiers en remportant la coupe.
Les scènes de rugby m'ont paru brutales pour une néophyte comme moi (on est aux premières loges) mais le symbole c'est cette réussite envers et contre tout et le message qui s'en dégage, au son de l'hymne national sud-africain. L'Afrique ne triomphe pas seulement des néo-zélandais mais  c'est aussi  une belle  leçon de tolérance.  
J'ai aussi vu dans un tout autre registre " une petite zone de turbulence" avec Miou Miou et Michel Blanc cela détend, et le message final de ce film c'est que la famille parfaite n'existe pas et ma foi cela fait du bien de le savoir quoiqu'on le savait déjà...
A présent, ménage, lavage repassage, car la petite tornade est partie et je vous souhaite une excellente soirée.
Repost 0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:39

> http://nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com/

Je ne sais si le lien fonctionnera mais sinon, il suffit de retaper l'adresse pour voir la bande annonce de ce film. En effet, il faut qu'un maximum de personnes regarde la bande annonce dans les trois jours à venir. Même si on ne le visionne pas complètement, c'est le nombre de visites dans les trois jours à venir qui fera le poids, bien sûr le voir est encore mieux.

Repost 0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:20



rangiroa - Diaporama


Bien sûr que j'ai le coeur gros en pensant à tous ces habitants des iles tellement serviables et gentils en espérant  que rien d'irrémédiable ne leur arrive. En sachant toutefois, qu'ils sont très fatalistes et pensent sans cesse aux cyclones, ils en sont tout à fait conscients de ce danger cyclique qui rôde.

Donc,dernier périple à RANGIROA où nous sommes restés trois jours.

Situé à 350 Km au N.E. de Tahiti, (1 Heure de vol) RANGIROA  (plus de 2000 habitants) est le plus grand atoll polynésien et l’un des plus vastes du monde (1640 Km2 de superficie), 80 km de long et 30 km de large. Vient de Rai’roa « grand ciel ». C’est également un atoll bien accessible avec son aérodrome et ce gigantesque lagon communique avec l’océan grâce à ses deux passes AVATORU et TIPUTA, bordées chacune  par leur  village que relie une route goudronnée en son milieu. Route que nous avons parcourue dans ses moindres recoins en ayant loué une petite voiture...... Il faut savoir que l’aéroport est situé à égale distance des deux villages et un embarcadère situé côté lagon permet dès l’arrivée de prendre contact avec un magnifique paysage qui vous éblouit...

Des vestiges lithiques, des fosses à culture, des marae prouvent que RANGIROA fût peuplé autour du Xe siècle de notre ère.

Mais il fallut attendre 1851 pour voir les européens « des missionnaires » s’y installer. Ceux-ci plantèrent les cocotiers et permirent aux habitants de participer à l’économie coloniale.

Aujourd’hui, le coprah est supplanté par le tourisme et la production perlière.

Dans les passes, on peut plonger pour observer les coraux et les poissons, mais il faut se méfier du courant. Vaut mieux être accompagné d’un guide qui connait bien les coins et grâce à qui nous avons fait connaissance avec le requin nourrice, tout blanc qui ne se nourrit que de plancton mais quelle frousse quand on se trouve nez à nez  avec mais il est  totalement inoffensif...je vous le garantis...

RANGIROA est superbe pour les visiteurs passionnés de plongée sous-marine pour l’observation de requins et raies manta  (mon homme) et ceux qui aiment une vie simple proche des éléments (moi). Il faut savoir se contenter de la vue de vastes espaces marins qui gagnent encore en profondeur au soleil couchant, ou levant....

Les pluies étant plutôt rares par ici,  et le sol peu perméable, leur principale préoccupation est donc de stocker l’eau de pluie dans des citernes .Donc, les maisons privées disposent de leur citerne d’eau douce, notre hôtel par exemple possédait une station de désanilisation et de purification, couteuse certes mais leur assurant leur indépendance en subvenant à leurs besoins.

Le manque de terre végétale et la pénurie d’eau rend les cultures difficiles, seules poussent les fleurs (tiare gardenia hibiscus) mais les cocottiers s’accomodent de ce milieu aride.

Aujourd’hui, RANGIROA est essentiellement une destination mer-soleil.Je n’ai jamais vécu autant en symbiose avec la nature qu’à Rangiroa levée tôt pour les levers de soleil, ballade sur les plages et paysages simples mais somptueux, ponctuée de repas simples dans des petits restaus.

Voyage qu'on n'est pas près d'oublier, et notre rêve serait à présent lesMarquises, j'attends de gagner au loto...encore faut-il que je joue.
Voilà la ballade est terminée en espérant ne pas avoir été trop longue et vous souhaitant un excellent W.E.

Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 21:35

MARAE - Diaporama


Avec un peu de retard, je vais vous parler des « marae » anciens lieux sacrés, inséparables de la culture polynésienne. Ce sont des sanctuaires de plein air construits par les dieux et ancêtres déifiés où se déroulaient des cérémonies religieuses. Parfois, ils étaient construits par des familles (au sens large) ayant des ancêtres communs, qui jouaient un rôle important et étaient hiérarchisés à l’image de la société traditionnelle.

Les plus imposants étaient les marae nationaux, ceux sur lesquels avaient lieu des sacrifices humains et qui appartenaient au chef suprême (an ‘î nui) de l’ile.

Les plus modestes étaient les marae ancestraux construits par chaque famille sur ses propres terres.

On voit beaucoup de « unu » sculptures en bois ornées de motifs géométriques anthropomorphes et zoomorphes qui représentaient sans doute les familles affiliées au marae et bien sûr les tikis censés garder ces ensembles.

Les murs étaient formés de deux parements et d’un blocage de cailloux et de terre, souvent ce sont des parements de type côtier composé de pierres ovoides posées sur un soubassement de dalles.

Dans « le fare » à proximité vivaient la famille, et là avaient lieu les grandes décisions, par exemple désigner celui qui était sacrifié pour aller à la guerre...

Ce sont des lieux respectés et entretenus en Polynésie.  Bientôt nous irons à RANGIROA. En attendant je vous souhaite une bonne soirée.

Repost 0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 17:51

Petit clin d'oeil à Tiloup qui voulait apprendre le déhanché des vahinés....Désolée c'est un homme qui donne les cours...



TIKIS - Diaporama

Je vous présente enfin, les fameux tikis.Tiki désigne « le fils du soleil » considéré par les polynésiens  comme leur ancêtre mythique.

Ils sont à la base de l’art marquisien, on les trouve partout de toutes les tailles, même sur les dos... car l’art du tatouage s’en est inspiré et les a restitué.

Ce sont des statues de bois ou de pierre à tête large presque rectangulaire qui s’appuie directement sur les épaules. Leur visage souvent austère est mangé par de grands yeux circulaires et leur bouche qui est formée de plusieurs reliefs figurant les lèvres et la langue (Je n’ai pas vu de dents) traverse tout le bas du visage. L’ensemble donne une impression de puissance et de certitude.

Dans certaines marae (lieux de cultes ancestraux) on trouve souvent des tikis sculptés à l’effigie des dieux pour en garder l’accès. Ils incarnaient la présence divine lors de cérémonies sacrées.

Qu’on les représente en sculptures de bois ou en statues géantes en pierre volcanique,  ces formes brutes épurées et stylisées  restent des objets inquiétants qu’il vaut mieux ne pas déranger, car sensées être douées de pouvoir surnaturel.

Moi, je leur parlais pour les amadouer mais elles me paraissaient peu aimables....

En espérant que vous n’êtes pas trop endoloris par le froid, je vous souhaite une bonne soirée.

Demain, je vous parlerai des marae et celui ou celle qui me demande ce que c’est c’est qu’il ou elle n’a pas suivi...

Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 12:45
Janvier-2010-168.JPG


En voilà un bienheureux, qui se joint à moi pour vous souhaiter un bon repos dominical. A bientôt avec les tikis....
Repost 0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 21:23
&l




TIKI VILLAGE - Diaporama

Nous voici enfin au Tiki Village. Il s’agit d’une reconstitution d’un village polynésien d’autrefois, créé par Olivier Briac, un français. En effet, ce dernier arrivé il y a une vingtaine d’années se désolait de ne trouver que décors faits pour le touriste et rien de vraiment authentique.

On nous a d’abord expliqué qu’un repas traditionnel polynésien nous attendait avant le spectacle appelé « tamaraa » car c’est avant tout la fête. Les mets sont préparés plusieurs heures et cuits dans le four creusé à même la terre. Au fond du trou, des branches sêchées et des galets. Le feu va porter les pierres à une température très élevée. Quand le bois est consumé, le four est prêt. Les ingrédients coupés sont déposés dans le feu sur des clayettes et couverts de feuilles de banane ou cocotiers , et de sacs de jute détrempés puis de sable. Ils cuisent ainsi à l’étouffée au moins 3 – 4 heures à la chaleur des roches.

Enfin, (et c’est ce à quoi nous avons assisté) on ôte la couverture du four pour découvrir le repas fondant à souhait qui nous attend et qu’on s’apprête à déguster (cochon de lait poulet, poissons et fruits (papayes bananes etc) arrosés pour une fois avec des pichets de vin (car le vin est très cher ici).

Ensuite, on a une démonstration de paréos. Le « pareu » se confond ici, avec une façon de vivre... Les « pareus » ici, sont également portés par les hommes. En court, c’est une tenue de travail, en long c’est pour flemmarder chez eux.

Enfin, nous assistons au spectacle. Impressionnant. Particulièrement, la danse du feu. Ils sont une quarantaine d’artistes à nous conquérir avec leurs chants mélodieux et leurs danses parfois endiablées.

Le lendemain, nous y sommes retournés en plein jour, mais la magie opère toujours, ici on nous explique comment on met en valeur le nacre des coquillages, là on nous explique le sens des danses ou mélodies, il faudrait rester au moins une semaine pour comprendre les légendes de ce pays.

Nous finissons avec une sortie en pirogue accompagné d’un beau jeune homme (3e prix de Monsieur Muscle...) qui nous a enmenné visiter une ferme perlière et nous a expliqué la culture de la perle.

J’ai eu droit à une bague qui a d’ailleurs une histoire...En effet, je fuis les grandes bijouteries, c’est pas mon truc et on ne se refait pas. Il y avait là une jolie mais petite boutique avec bien sûr de belles perles, on pouvait choisir sa bague (en or blanc pour moi) et monter la perle choisie .

Et cette perle, est tombée de son support quelques mois après.  Là, j’ai regretté de ne pas avoir fait appel à un grand bijoutier certaine qu’on n’allait pas faire grand chose pour moi. A tout hasard, j’ai tout de même envoyé un petit mail expliquant mon problème. On m’a demandé de la  renvoyer, ce que j’ai  fait, mais pas trop rassurée. Elle a mis 3 semaines pour arriver à bon port, car entretemps il y avait la grêve de la douane et encore 15 jours pour revenir. De temps en temps, j’avais un mail me disant d’être confiante....C’est aussi ça la Polynésie...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'anilou
  • Le blog d'anilou
  • : Tout et rien.La vie avec ses joies et ses peines, le respect de la nature et d'autrui les voyages aussi.
  • Contact

Profil

  • ANILOU
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie

Recherche