Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 16:54

5387583532_4523c500e5.jpg

 

Cela fait un moment que je ne suis pas passée. Des amis de passage, la petite tornade et les journées qui  filent vite. A présent, c'est plus calme, et on va pourvoir reprendre le suivi des fameux inventaires. Alors pourquoi la robe noire ? Il n'y avait d'ailleurs pas que les robes de triste, les inventaires font toucher du doigt une petite réalité, l'absence des couleurs surtout dans les milieux modestes, tout simplement parce que la teinture revenait très cher.

Tout d'abord les robes de mariées, et ceci jusqu'à la fin du XIXe siècle n'étaient jamais blanches, mais de couleur vive. Sauf que le bleu indigo, le jaune ou le rouge garance étaient hors de prix donc la plupart des mariées se rabattaient sur une robe noire qui étaut la couleur la moins chère.

Cela a changé à la fin du XIXe siècle, à la suite des apparitions de Lourdes  avec le culte de l'Immaculée Conception,où on a vu arriver les robes blanches.

Donc, rareté des couleurs ou couleurs ternes. Les inventaires parlent de rideaux "couleur feuille morte", couverture de lit "couleur de suye" ou "de fumée". Il n'y avait que chez les notables que l'on pouvait trouver des couleurs "citron" ou "rouge cramoisi" ou encore "orange"....

 

D'ailleurs en parlant toilettes, savez vous que nous les femmes nous sommes dans l'illégalité la plus complète ?

En effet, c'est l'homme qui doit porter la culotte et non la femme. Car qui porte la culotte représente l'autorité en l'occurence le chef de famille, et donc par définition l'homme.... (attention, c'est pas moi qui l'affirme....)

Même pas après la Révolution ? Non, car le 16 brumaire an IX (novembre 1800) le préfet de Paris imposa aux femmes désirant porter un pantalon de se présenter à la préfecture de police pour en retirer l'autorisation moyennant un certificat médical.

On ne peut alors que s'incliner devant l'obstination De George Sand qui s'habillait en homme pour faire de longues promenades à cheval ...

Par la suite,deux circulaires de 1892 et 1909, autoriseront le port du pantalon aux femmes "lorsque la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d'un cheval". Sachant que cette loi est toujours d'actualité, on est donc toujours en infraction avec la loi... 

 

Ce qui ne m'empêche pas de vous souhaiter une bonne soirée...

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 17:12

3389874144_2ce2ea1dca.jpg

 

3547541773_976f8e8174.jpg

 

On peut parler de développement durable et de recyclage chez nos anciens car rien n'était jeté contrairement à notre société de surabondance.

Le plus commun des objets représentait une certaine valeur. Un pied de meuble cassé était reconverti en manche d'outil ou au pire servait au moins à brûler dans la cheminée.On reprisait inlassablement les bas et les essuie-mains se retrouvaient chiffons voire pansements en temps de guerre. Dans ces inventaires, on pouvait même y trouver les mesures du fumier (notamment en Lorraine) témoins de l'opulence de la maison.

A leur lecture, on comprend mieux la folie de certaines acquisitions quand il s'agissait d'une modeste personne.

Par exemble vers 1730, une tabatière en argent représentait un mois de salaire pour un ouvrier non qualifié et plus de six mois pour une montre dorée avec chaîne.Remarquez, qu'une simple poêle à frire exigeait  à elle seule rien que trois jours de travail.

Quant au bétail, acquérir un boeuf représentait 5 à 10 mois de travail mais un cochon seulement deux semaines... On les mentionnait comme : meubles vifs.

Y figuraient également les dettes qui vous poursuivaient au délà de votre trépas. Notamment les frais funéraires destinés au curé.

Et, preuve que l'insécurité a toujours existé, on y trouve trace très souvent d'armes pour défendre son bien "fusil, pistolet hallebarde sabre . On avait pour habitude de cacher les biens précieux (plats en étain, linge chapeaux etc) dans des coffres.Coffres qu'on amenait dans les églises ou au château. On craignait surtout le passage de soldats mercenaires qui pillaient tout sur leur passage.

Par contre, on ne faisait pas souvent allusion à un "bas de laine" avec des pièces d'or, vu qu'ils vivaient beaucoup de troc mais aussi peut-être bien pour éviter la curiosité du fisc, car les taxes existaient...

Petite question : pourquoi la robe de mariée était souvent noire sur la  photo de nos grand-mères?

 Je vous le dirai la prochine fois...Si vous ne trouvez pas bien sûr.

Et j'espère pouvoir trouver du temps pour venir vous voir. Bonne soirée en attendant.

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 09:54

5480385161_97d55722eb.jpg

 

 

3227639781_21020906ba.jpg

J'espère que votre week-end se déroule bien. A part le temps qui ici, est bien gris et maussade.

Revenons donc à ces actes,témoins de la vie de nos ancêtres. Pour les rédiger, rien n'était négligé : la maison avec toutes ses pièces puis les étages, du grenier à la cave, la cour et le jardin sans oublier les dépendances, les granges, écuries, étables, bergeries, porcheries et poulaillers à la campagne.

Précieux, ces actes nous plongent dans l'univers de nos ancêtres.Ils révèlent leur fortune leur mentalité, les coutumes,  leur quotidien et leur place dans la société.

Si vous avez la chance de posséder un de ces inventaires, vous comprendrez vite si votre ancêtre était riche ou pauvre, dominé ou dominant, selon qu'il s'agissait d'un riche châtelain ou d'un pauvre journalier.

Du premier restera un catalogue de luxe où seront répertoriés carafes et vases en cristal,meubles en marqueterie, bergères Louis XV, des superbes encyclopédies et des centaines de bonnes bouteilles de vin ou de mousseux.

Le deuxième ne témoignera que d'un poignant constat de pauvreté pour ne pas dire de misère.

Souvent, les lits ne sont que des simples caisses bourrés de paille. De ces inventaires, on ne retient la plupart du temps qu'une grande indigence.Si par exemple dans la liste "biens et effets"  ne figurait qu'une chemise, c'est que la deuxième était sur le mort qui avait été inhumé avec....

De nombreux adjectifs qualificatifs  renforcent cette description  des pauvres objets du quotidien :

mauvaise poêle à griller, marmite fêlée, marchepied défoncé, table vermoulue, méchant banc.

Ce qui m'a frappée c'est que nos ancêtres étaient extrêmement pauves Pour preuve, ces quelques lignes tirées d'un rapport du XVIIIe siècle émis par un médecin qui disait : "près des mares stagnantes et de fumiers dégoulinants, les uns couchent dans des huttes, sans linge, sur de la paille, les autres dans une salle commune, avec les animaux....."

Alors, quand je compare cettevie là à notre société de consommation et sachant que je ne descend pas d'un châtelain, je me dis quel chemin parcouru ! Quelle chance! Vous ne trouvez pas ?

Du coup, je vous souhaite une excellente soirée. 

 

 

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 19:11

5345701297_67fa2ab25f.jpg

 

Coucou. Encore un week-end de terminé et je suis moins présente c'est vrai. Ceci pour plusieurs raisons. Beaucoup d'occupations pas forcément passionnantes mais qui mobilisent de l'énergie (retaper une pièce de fond en comble) faire du scrap, je ne savais pas qu'en mettant les doigts là dedans cela deviendrait une passion qui prendrait beaucoup de temps, surtout au début quand on est débutante, cela coute aussi de l'argent, car une perfo par-ci, des décos par là mais j'adore. La troisième raison est que parfois je manque d'inspiration. Et là, je me suis plongée dans un bouquin reçu à Noêl et que j'entame enfin  "Entrons chez nos ancêtres"  et j'apprends plein de choses curieuses ou parfois insolites et je vous en ferai profiter.C'est un livre de Jean-Louis Beaucarnot connu pour ses émissions traitant de la généalogie et l'histoire. .

Donc premier thème aujourd'hui : celui des familles recomposées, qui ne datent absolument pas d'aujourd'hui.

En effet, nos aieuls atteignaient rarement le grand âge. La maladie, l'épidémie ou l'accident étaient omniprésents. Les femmes elles, mourraient en accouchant. Donc, on trouvait beaucoup de veuves et de veufs d'ailleurs la plupart du temps avec des enfants à nourrir, et qui ne voyait qu'un moyen de s'en sortir : se remarier.

Par exemple une femme veuve avec un enfant à charge en se remariant avec un homme veuf père lui aussi, le plus souvent allait vivre dans sa maison, et quelques temps après ils avaient des enfants à nouveau.Il fallait donc protéger les droits de chacun. D'où les inventaires rédigés par un juge ou un notaire, qui venait une première fois,  sur place poser des scellés sur les portes des greniers et des granges à grains ou sur des meubles commes les coffres et armoires qui cachaient les bas de laine.Il revenait ensuite avec deux voisins témoins, puis les biens étaient évalués à la façon d'un commissaire priseur.

Selon les milieux, cette évaluation durera plus ou moins longtemps. Quelques heures chez un ouvrier, plusieurs jours chez un bourgeois...La longueur du manuscrit témoigne aussi de l'opulence ou de la pauvreté du lieu. Une page pour un laboureur et 90 pages pour un lieutenant des maréchaux de France...

Mais ces archives sont un trésor pour comprendre la vie de nos ancêtres et entrer dans leur univers.

C'est ce que je vous proposerai de temps en temps quand je serai à court d'idées. Je vous souhaite une excellente soirée et essaierai de venir vous lire au cours de la semaine.

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 19:27

5424124355_e85de71f6c.jpg

 

Je voulais tranquillement mettre une jolie photo de rue pavée pour "douce France" mais l'envie m'est passée en recevant une certaine facture d'eau. Si je devais croire celle-ci, notre terrain ressemblerait à la photo ci-dessus...

En effet, nous sommes censés avoir consommé, à deux, 440 m3 alors que nous vadrouillons souvent et sommes assez économes (goutte-àgoutte en été pour l'arrosage, des douches plutôt que des bains etc).

Certes en 2004, nous avions dû faire face à une fuite d'eau dans le regard , puis en 2007 une fuite d'un  tuyau du chauffage central enterré dans le sol. (310 m3) Comme le plombier ne trouvait pas l'endroit,  au bout de deux jours il nous a refait une installation en hauteur ( habilement cachée bien sûr). A l'époque l'assurance dégât des eaux a bien voulu prendre les travaux en charge, restait la facture d'eau très douloureuse.

Depuis, nous sommes régulièrement sollicités par les offres d'assurance de l'agence de l'eau. Offres que nous nous dépechions de jeter puisque cela ne nous concernait plus.

Or rebelote, cette fois 440 m3...et le compteur qui ne bouge pas. Nous le surveillons étroitement, il ne tourne pas est-il devenu fou ? Tourne t-il la nuit quand tout le monde dort ? S'il n'y avait pas une grosse  facture j'en rirais mais pas trop envie.

Car à mon avis, c'est comme pour les PV, payer d'abord reclamer ensuite. J'ai toutefois écrit en recommandé en espérant avoir une réponse rapide.

A tout hasard, est ce que cette mésaventure vous est déjà arrivée et comment cela s'est-il terminé ? Si quelqu'un a une suggestion à me faire, il est le bienvenu. Je vous souhaite une bonne soirée. 

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 19:27

Mfillette_drancy.jpg

 

En juillet 1942, Aline Korenbajzer est internée au camp de Beaune la Rolande puis elle sera assassinée à Auschwitz le jour de ses trois ans. Ce n'est pas sa photo, ci dessus c'est la photo d'une autre petite .... en attente  à Drancy, pour finir à Auschwitz d'où elle ne reviendra pas. 

Car après la rafle du Vel d'Hiv du 16 et 17 juillet 1942, seront enfermées 8000 personnes dont 4000 enfants dans les camps de Beaune la Rolande et de Pithiviers. (Loiret). Des camps conçus pour à peine la moitié, tout est problème: manger, se soigner se couvrir. Qu'ont dû supporter ces petits ne comprenant rien à la situation, séparés brutalement de ceux qui étaient censés les protéger : leurs parents.Car fin juillet, seront d'abord déportés les adultes et les ados vers Auschwitz.  Les enfants se retrouvents alors seuls, livrés à eux même dans un milieu hostile. Puis à partir de la  mi août  c'est à leur tour d'être envoyés à Drancy pour finir à Auschwitz-Birkenau pour y être exterminés.Le dernier convoi partira de Pithiviers le 21 septembre 1942. Puis jusqu'en août 1944, le camp sera réservé  aux "internés administratifs" la plupart étant des communistes.

Un autre camp guère plus reluisant,  entouré de barbelés, celui de Jargeau a "abrité" 1190 tziganes dont 700 enfants.

Y seront enfermés également 132 réfractaires au STO, les soupçonnés de résistance, 307 prostituées et des Républicains espagnols.

C'est une page sombre et cruelle de notre histoire qui dérange....Des enfants parqués dans des camps gérés par la préfecture d'Orléans, brutalement séparés de leurs parents par la police française puis dirigés vers les camps de la mort avec l'assentiment du gouvernement de Vichy on a envie de nier mais cela malheureusement a existé tout près de chez nous. 

 Une femme,Hélène Mouchard-Zay, la présidente du CERCIL s'est battue pour qu'il existe un lieu de mémoire, pour qu'on n'oublie jamais le sort cruel de ces enfants du Vel d'Hiv.Car elle craint l'oubli une fois que les  derniers témoins de cette barbarie auront disparu.

 Le CERCIL (centre d'études et de recherche sur les camps d'internement dans le Loiret)  lui, a été créé il y a déjà 20 ans, en 1991 avec entre autres l'aide des mairies, de Serge Klarsfeld et de Simone Veil. Mais à l'époque, on était en butte au silence.   Depuis, appuyé par toute une recherche dans les archives et avec l'aide des témoignages des rescapés, on a pu dresser une reconstitution historique.Qu'il va falloir transmettre à nos jeunes sans les traumatiser car  le sort de ces enfants est odieux et cruel.

Le CERCIL a donc déménagé symboliquement à Orléans le 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz et journée dédiée à la mémoire des victimes de la Shoah.

Une baraque en bois accueille donc le visiteur, elle vient du camp de Beaune la Rolande. Le CERCIL dispose à présent de 1000 m2. ce nouvel espace lui permet d'ouvrir un mémorial des enfants du Vel d'Hiv.Dans  une salle d'exposition permanente , on trouve les archives et photos des internés. La salle du souvenir, elle,remmémore les 4400 enfants assassinés en exposant leur photo ou leur nom. On y trouve aussi un centre de ressources avec des documents sur la Shoah, la culture tzigane ou juive. La salle d'archives est dédiée aux personnes qui veulent faire des recherches. Et bien sûr les groupes scolaires peuvent désormais découvrir cette page sombre sous forme d'ateliers.

Il a donc été inauguré en présence notamment de :

 Simone Veil, déjà présente à l'inauguration de 1992, et marraine du CERCIL, Devant ces milliers de photos, s'est elle projetée, elle la rescapée de cette horreur ?

 Jacques Chirac, qui le premier, dans un discours a reconnu la responsabilité de l'Etat français dans la déportation des Juifs.Discours prononcé en 1995 lors du 53e anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv', discours courageux et qui fera date. 

 Serge Klarsfeld.,chasseur des criminels nazis (Klaus Barbie, procès Papon),  qui participe depuis 20 ans à l'élaboration du CERCIL Il est satisfait que la vérité historique a été rétablie. Il pense que c'est : 

"ce qui a permis à 4000 enfants assassinés de redevenir des sujets actifs de l'histoire au lieu d'être des rebuts jetés dans la poubelle de l'histoire".

Excusez moi, de la longueur inhabituelle de cet article mais c'est un sujet brûlant, le calvaire réservé à des êtres humains, différents, de nous et la mise à mort  systématique et programmée d'enfants mérite bien qu'on s'y attarde.

D'autant plus que l'antisémitisme et le racisme ne sont pas morts et gare à Internet dans ce cas précis.Comme le rappelle Hélène Mouchard-Zay "comment des évènements comme ceux-là ont-ils pu arriver ? C'est une question centrale. Ce n'est surtout pas un accident de l'Histoire."

Alors restons vigilants. Je vous souhaite un bon W.E. Moi, je vais me vider la tête cet après-midi en faisant du scrapbooking.

 

Repost 0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 20:58

5291609372_857db738f1.jpg

 

Avec un peu d'avance, je trinque avec vous  pour vous souhaiter une bonne et heureuse nouvelle année.Qu'elle vous garde surtout en bonne santé. En effet, demain sur la route direction sud et douceur, nous aurons tout juste le temps de préparer les agapes (simples) de vendredi et fêter ça en petit comité . Nous serons 6 mais 6 qui se connaissent très bien et donc ambiance assurée.

J'espère que le père noêl a été généreux  et que vous allez finir l'année en beauté.

J'essaierai de venir vous voir mais je ne pourrai pas mettre d'articles, tant pis, cela ne m'empêchera pas de penser à vous.

Repost 0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 09:14

neige112010-025.JPG

 

Un peu de couleur dans cet univers blanc....

 

 

neige112010-026.JPG

 

Mon rosier pleureur... plie mais ne reompt pas...

 

neige112010-034.JPG

 

Haie de bambous couchée....

 

 

neige112010-041.JPG

 

neige112010-061.JPG

 

Lui au moins ne se laisse pas démonter...

 

neige112010-062.JPG

 

neige112010-137.JPG

 

neige112010-144.JPG

 

Les deux dernières vues inspireraient bien des poètes...

 

Vingt centimètres de neige en moyenne, nous on en a 30 dans notre coin. Il parait qu'il faut remonter à 1945 pour  voir ce genre d'évènements...Le problème, c'est qu'il va reneiger, peut-être bien, cette nuit. Ouille, les arbres n'en peuvent plus sous le poids de la neige.. Au début on les secouait tant bien que mal mais on peut difficilement atteindre les hauteurs et à présent c'est sous la glace... Pourvu qu'on puisse chercher notre tornade demain....

Hier, j'ai fait les courses contre vents et marées....mais c'était bien verglacé.

Ne nous plaignons pas, je sais qu'il y a eu 165 interventions de pompiers liées aux intempéries essentiellement des accidents matériels ou des arbres sur la voierie. Par contre, les saleuses sont à pied d'oeuvre, je me croirais en Alsace où là-bas c'est un spectacle ordinaire, car à présent c'est le verglas qu'il faut traiter.

Hier en fin de journée, plus de 11 000 maisons étaient encore privées d'électricité et donc de téléphone.Mais EDF s'est mise en cellule de crise et plus de 250 techniciens sillonnent le département pour réparer les pannes. Les équipes sont aidées par des renforts venus du Limousin et d'Auvergne ainsi que par six hélicoptères qui survolent les  bois

et font ensuite, selon les dégats constatés, appel aux élagueurs. Il faut savoir qu'il faut deux heures en moyenne  pour réparer une ligne et quatre heures si le poteau est touché.Ils font de leur mieux pour que les gens aient à nouveau chaud... Un point positif, pour une fois les sans abris sans exception ont accepté la proposition d'hébergement  des bénévoles de la Croix-Rouge lors de leur maraude.. A présent des maraudes de jour sont organisées le W.E. en plus des maraudes journalières en soirée.

Bien sûr les transports sont perturbés, les trains ont du retard (mais cela ne change pas..)

Et nous avons des paysages dignes de carte postale....

A présent, c'est le froid qui s'installe  -15,3 dans la nuit, qui dit mieux ?

Mais nous sommes le 1er décembre. Avez vous installé votre calendrier de l'Avent et non de "l'Avant" comme je l'ai écrit dans mon dernier article, c'est parce que j'étais  pressée de voir arriver Noêl...

Je vous souhaite une bonne journée et passerai vous voir dès que possible.

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 17:35

Dim28112010-138.JPG

 

Voilà à quoi je m'amuse. Au fait les cours c'est samedi ou lundi, et non pas "et"

, il ne faut exagérer. Comme je suis débutante c'est long mais on a une guide, Nanou, super sympa et patiente heureusement..

Alorsça y est. On est le premier dimanche de l'Avant. Remarquez l'ambiance y est déjà puisque la neige recouvre nos maisons et nos jardins.

Pour une fois je suis à l'heure. J'ai installé la crêche et placé en couronne mes quatres bougies qui symbolisent les quatre saisons, les quatre points cardinaux et les quatre dimanches avant Noêl. Moi, je les choisis toujours rouges pour évoquer le feu et la lumière.

Je vous souhaite une bonne fin de dimanche et surtout que ceux qui doivent sortir demain  ne souffrent pas du mauvais temps car la neige c'est sympa au chaud derrière la vitre...Et j'essaierai de vous lire bien évidemment. 

Repost 0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 14:03

DSC02595.JPG

 

 

 

 

 

DSC02596.JPG

 

Curieux arbre pour le thème de "l'arbre" justement.

Arbre découvert au hasard d'une promenade à La Rochelle. Il pose question. Est-il victime de la dernière tempête, cela m'étonnerait car dans ce cas, il y aurait danger....En tout cas il a l'air plutôt protecteur. Si quelqu'un le connait ( dans une rue à La Rochelle), je serais curieuse de connaitre son histoire....

Je me rends compte que je suis moins présente, mais même ne travaillant plus les activités ne manquent pas. Je me suis inscrite à des cours de scrapbooking (lundi après-midi et samedi après-midi), cours qui me rappellent les cours d'art platique avec les élèves...Il y a longtemps que je voulais apprendre. Le mercredi après-midi  je sors avec une amie cinéphile et parfois nous allons déjeuner ensemble dans la foulée et le soir cours d'informatique. Le jeudi est voué à la tornade .Il y a aussi une aide ponctuelle à ma fille qui retape leur maison (peinture, bricolage etc ce qui nous permet de jacasser ensemble car, elle, travaillant beaucoup, il n'y a que comme ça qu'on arrive à se voir. Et pour le reste c'est tout ce qui finit en "age" ménage lavage etc etc.... Quant à la lecture actuellement, les livres attendent... Et je sais, qu'on court tous après le temps, c'est le mal du siècle...

J'essaierai quand même de venir vous lire dès que possible et vous souhaite une bonne semaine malheureusement dans la grisaille sauf bien sûr dans le sud.... 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'anilou
  • Le blog d'anilou
  • : Tout et rien.La vie avec ses joies et ses peines, le respect de la nature et d'autrui les voyages aussi.
  • Contact

Profil

  • ANILOU
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie
  • Têtue comme une alsacienne, j'aime la nature sous toutes ses formes et essaie de la respecter au maximum ainsi que les animaux,ma devise "la liberté de l'un s'arrête là où commence celle de l'autre" et je déteste l'hypocrisie

Recherche